Pas de guitare, mais un piano

pour servir, dans ce spectacle… les textes du Poète.

Guillaume Giraud fait un clin d’oeil à son maître en choisissant dans son répertoire, des chansons peut-être pas des plus connues, mais reflétant les différentes facettes de l’auteur :

Brassens et la liberté, Brassens et les poètes, Brassens et les femmes… l’église… la mort… autant de sujets qu’il abordera toujours avec humour et hardiesse.

Vidéos et bandes sonores illustreront certains moments facétieux témoignant de l’homme joueur, jovial, pince sans rire, pudique surtout, parfois maladroit.

Des instants de fraîcheur à travers les premières auditions auprès de l’ hébergeuse de talents
Nous sommes en 1952, chez Patachou.

Pas de guitare, mais un piano

une chaleur de voix et d’humeur pour vous faire vivre…
Monsieur le Poète.

 

 

 

 

Brassens est une longue histoire

Guillaume a doublement débuté avec le poète sétois. D’abord ses premiers pas en amateur sur une scène se sont passés au Festival Georges Brassens de Vaison la Romaine, où il a été invité à plusieurs reprises pour participer aux veillées qui débutaient la semaine hommage, lors des premiers festivals.

Ensuite, sa carrière professionnelle, lorsqu’il accompagne de 2003 à 2005 le Théâtre du Sablier, sous la direction de Prosper Diss, pour leur très beau spectacle « Brassens et la Femme ».

 Aujourd’hui, c’est une création personnelle, parce que l’envie était forte de passer un moment sur scène avec le maître et que le public nous l’a souvent demandé.
Et ce fut un grand plaisir de replonger dans l’univers de cet homme pudique et généreux.

Un duo finement mené, un piano pour servir un répertoire original en mêlant des documents rares, télévisuels ou sonores, qui apportent d’autres couleurs à l’image que le maître nous renvoyait.
Et c’est ce qu’on essaye de faire ressortir dans ce spectacle; en cassant la croute de plâtre qui l’a statufié, pour faire revivre l’homme, le bon vivant, le blagueur, l’amoureux …